retrouver l’appétit avec la joie de lire !!!

Après l’averse pléthorique des fêtes de fin d’année, les tables de la librairie se vident tels nos estomacs trop remplis, aspirant à un peu d’espace pour reprendre leur souffle !

Nos têtes comme nos rayons retrouvent une lente respiration et le vide laissé par le tri après l’abondance fait du bien.

Alors quel est le truc qui peut réveiller la gourmandise du libraire repu après la masse déferlée à noël ? Le mot NOUVEAUTÉS écrit en lettres majuscules sur les cartons livrés de bon matin !

Les maisons d’édition distillent, en ce début d’année, leur nouvelle production. Et c’est là que se fait le réveil gustatif du libraire ! Avec une infinie douceur, La joie de lire, nous sert trois petites perles qui font frétiller, d’un fumet alléchant, nos narines ensommeillées.

Trois albums qui, chacun avec leurs ingrédients, réactivent nos glandes salivaires. Dans l’ordre croissant au public auquel ils s’adressent, voici trois  gourmandises :

Mélimélanimo, de Constance V.Kitzing, est une petite sucrerie colorée qui, sous le principe du méli-mélo, offre aux tout petits, une multitude de figures animalières à la fois drôles, fantastiques, délurées ou même impossibles, qui poussent au rire, à l’imaginaire, à la surprise ou tout simplement au plaisir savoureux du mélange !

– Vient ensuite Tandem de Séverine Vidal et Irène Bonacina, un album à la couverture solaire qui mêle deux ingrédients savamment dosés : délicatesse du texte et tendresse des illustrations donnant à l’objet sa saveur acidulée, celle de l’enfance amoureuse, celle des émotions régies par l’absence ou la présence de l’être devenu cher, celle de la douce poésie qui s’échappe de ce tandem attachant.

– Sorti d’un beau coffret, Mon tout petit, se déguste avec la lenteur du dessert tant attendu ! Ne souffrant d’aucun artifice ni enrobage, cet album délivre avec simplicité tant dans le texte que dans le trait, une belle ronde poétique sur le cycle de la vie. L’album d’Albertine et de Germano Zullo vient conclure avec une infinie tendresse nos retrouvailles avec la plaisir de se sustenter ! Quoi de mieux que la carte d’un grand chef pour cela !

 

 


Articles reliés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code sécurité anti-spam *