Archives pour la catégorie Auteurs

Neverland, Timothée de Fombelle

Le premier livre adulte de Timothée de Fombelle? Vraiment? Cette affirmation est peut-être vendeuse mais elle mérite d’être nuancée.

Certes, Timothée de Fombelle s’adresse avec Neverland à un lectorat adulte, mais il s’adresse surtout à l’enfant que l’adulte a été, à ce noyau qui le constitue. La réalité éditoriale est souvent trop binaire.

Certes, Timothée de Fombelle propose ici une réflexion littéraire à hauteur d’adulte, mais dans la continuité de ses ouvrages précédents : quête, voyage, initiation sont au coeur de l’ouvrage. Et dans le dialogue entre ses oeuvres, la magie Timothée se dévoile un peu.

Ceux qui connaissent l’écriture de Timothée de Fombelle trouvent ainsi à la lecture de Neverland une confirmation de ce qu’ils savent déjà : l’auteur est en très grande connivence avec l’enfant que, comme chacun de nous, il porte en lui. On ne s’étonne donc pas mais on admire – ô combien on admire – une nouvelle fois la prodigieuse sensibilité qui affleure à chaque phrase. On voudrait devenir Timothée et savoir exprimer avec autant de justesse ces souvenirs, ces sensations, ces trésors de l’enfance.

https://pativore.files.wordpress.com/2017/09/neverland.jpg

Neverland, Timothée de Fombelle, éditions L’iconoclaste, 16€

Littérature jeunesse vs littérature adulte

Sur son site, notre bien-aimée Clémentine Beauvais a cette brillante formule :

“Les adultes doivent apprendre à accepter l’existence d’une littérature d’excellence dont ils ne sont pas les destinataires privilégiés.”

C’est la conclusion d’un billet passionnant, drôle et argumenté sur LA question de la distinction entre littérature jeunesse et littérature adulte.

Songe à la douceur

Printemps des poètes 2016

Y a plus de saison ! Du 5 au 20 mars, les poèmes vont pleuvoir, briller, tempêter, rayonner et neiger à l’occasion du printemps des poètes.

Le site du printemps des poètes offre une multitude d’idées poétiques pour mettre la poésie dans nos vies.

Et pour inaugurer l’événement, voici un poème de Catherine Leblanc :

Où sont les enfants?

Où sont les enfants ?
Dans un grenier
Plein d’or et d’araignées
Cachés dans leurs costumes
A déranger la lune

Dans un champ
Des heures entières
A regarder tourner les moulins blancs
Et à passer comme le lézard
De la pierre à l’éclair

Dans un arbre
Jeté dessus de l’orage
Ils lancent des lianes
Pour pêcher des torpilles

Où sont les enfants ?

Dans les rues
A marcher dans les feuilles, à brûler
Des feux rouges
A essayer d’user les murs
Avec leurs mains, leurs cris et leurs tatouages

Dans l’espace
Ils commencent un monde
Où sont les enfants ?
Ils sont loin devant

Catherine LEBLANC

Poème extrait de Des étoiles sur les genoux, Le Farfadet bleu, 2000

Je pense, Ingrid Godon, Toon Tellegen

Puissants sont les textes poétiques et philosophiques de Toon Tellegen parce qu’ils parlent vrai. Ils mettent en mots simples des pensées non formulées, des sentiments profonds.

«  Je pense parfois que tout le monde sait quelque chose que je suis la seule à ne pas savoir.

C’est pourquoi on me regarde d’une façon si bizarre.

Je suppose que ça se lit sur mon visage.

Peut-être me l’expliquera-t-on juste avant ma mort.

Pour ne pas que je meure idiote. »

Dans ce magnifique recueil, le grand auteur néerlandais explore la pensée. Le dialogue s’engage entre les textes et les images qui semblent des esquisses, des suggestions. Sous l’apparence d’un carnet de croquis, cet ouvrage abouti dévoile une galerie de portraits qui nous regardent, nous scrutent, nous parlent.

L’infinie exploration graphique d’Ingrid Godon encourage en écho l’exploration par le lecteur de sa sensibilité. Il faut oser plonger dans cet exceptionnel album.

Dans J’aimerais, publié en 2013, Toon Tellegen se penchait sur les mystérieux visages peints par Ingrid Godon leur attribuant des pensées intimes, des questionnements.

 ClaireD

Je pense, portraits de Ingrid Godon, avec les textes de Toon Tellegen, La joie de lire, 29,90€, adulte

J’aimerais, portraits de Ingrid Godon, avec les textes de Toon Tellegen, La joie de lire, 29,90€, adulte

Raymond, Anne Crausaz

Raymond, c’est désormais tout un univers.

Récompensé par un Prix Sorcières en 2009, l’album Raymond rêve paru en 2007, avait permis de découvrir l’illustration graphique épurée et colorée d’Anne Crausaz.

Les pages dévoilant les rêves de Raymond représentent un merveilleux catalogue au sein duquel on admire la créativité et la poésie de l’artiste.

 

Afficher l'image d'origine

Dans le jeu de mémoire inspiré du livre, on retrouve – outre la qualité qui caractérise les éditions MeMo – les escargots fantaisistes de l’album.

Un cahier de coloriages propose aux enfants de déployer à leur tour leur inventivité.

 RaymondReveEnCouleurs_P06-2e0dd.jpg

L’ensemble de puzzles de deux pièces Raymond s’habille permet aux toutes petites mains de manipuler tous ces escargots en se racontant des histoires.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Et le dernier bijou de la série, c’est un nouvel album, paru en octobre 2015, au début duquel Raymond s’apprête à hiberner. Cette fois, le rêve n’est plus éveillé. Dans son sommeil, l’escargot vit des situations désagréables connues de tous en rêve : être nu, ne plus pouvoir avancer, rapetisser, se sentir menacé. Au sortir de l’hiver, indemne et riche de ses expériences oniriques, l’escargot Raymond peut à nouveau sourire à Juliette et au printemps.

 

JPEG - 65.5 ko

Anne Crausaz, MeMo, dès 3 ans

Raymond rêve, 14€

Raymond joue, memory, 15 €

Raymond rêve en couleurs, cahier de coloriages, 9 €

Raymond s’habille, puzzles, 29,90 €

Réveille-toi Raymond !, 15€

Akiko l’amoureuse

Le spectacle Akiko l’amoureuse par l’Ando Danse Compagnie a pour point de départ l’album éponyme d’Antoine Guilloppé. Dans un mois, le samedi 5 décembre 2015, on pourra découvrir ce spectacle à l’Opéra de Saint-Etienne. La lecture de l’album s’enrichira de l’expérience de la danse, tandis que le spectacle viendra prolonger l’expérience de lecture.

« La réalisation d’un spectacle vivant inspirée d’une œuvre écrite et dessinée est le fantasme de tout auteur. La rencontre avec Davy Brun est donc la première étape d’un travail artistique qui verra l’accomplissement de ce fantasme. Je suis ravi que son choix se soit porté sur Akiko l’amoureuse car cette histoire, qui est de papier, va prendre corps et entrer en mouvement. La passerelle entre ces deux arts existe, nous nous y sommes rencontrés. » 

Antoine Guilloppé

« La découverte du travail d’Antoine Guilloppé, m’a tout de suite amené à me projeter dans la réalisation d’une pièce jeune public. Cette envie était présente en moi depuis longtemps. Le travail d’Antoine, centré sur les ombres et les lumières allant jusqu’à la disparition des textes pour laisser la place entière de la narration à l’illustration, m’a de suite inspiré, et plus particulièrement le personnage de Akiko. » 

Davy Brun

Antoine Guilloppé, Akiko l’amoureuse, petit conte zen, Picquier jeunesse,9,65€

Autres aventures d’Akiko aux éditions Picquier : Akiko la curieuse, Akiko la rêveuse, Akiko la courageuse

La BnF et Albin Michel Jeunesse  dévoilent aux enfants d’aujourd’hui des trésors du patrimoine, sans rides et sans poussière. Des albums intemporels à savourer en famille.

 

 

 

Le Petit Chaperon Rouge

Edgard TIJTGAT

 La BnF et Albin Michel jeunesse conjuguent leur savoir-faire pour redécouvrir des ouvrages injustement oubliés dans lesquels tout s’organise avec virtuosité : thème abordé, beauté du texte, rythme de la narration, images puissantes ou mise en page étonnante. Des rééditions délicates et soignées pour remettre ces pépites au goût du jour.

 À travers les bois gravés, le conte du Petit Chaperon rouge retrouve toute la puissance et la rugosité du texte original de Perrault, qui se termine dans la gueule du loup. Les textes, composés avec des lettres sculptées dans du buis, forment, par les irrégularités de forme et d’encrage, de véritables images.

Les 16 linogravures en quatre couleurs (vert, jaune, rouge, bleu) qui l’illustrent ont un charme naïf, masquant ou détournant sous des traits frais et insouciants, la gravité du conte.

 À partir de 5 ans

Edgard Tijtgat (1879-1957) est un artiste belge, peintre, graveur, typographe et conteur. Sa peinture impressionniste excelle dans les scènes de vie quotidienne.  C’est en tant que graveur qu’il a illustré de nombreux ouvrages (Le petit chaperon rouge, La flûte enchantée…).

Tijtgat travaille durant onze ans à différentes éditions du Petit Chaperon rouge, avec un plaisir sans cesse renouvelé : « Le charme que j’ai ressenti en imprimant ce texte et ces images sur une presse toute primitive est inexprimable », explique-t-il au sujet de cette entreprise. C’est une des éditions d’artiste de 1921 qui est ici rééditée.

Un ballon sous la pluie, Liniers

Je suis toujours épatée par la façon dont certains artistes comprennent et surtout savent retranscrire par des mots ou des dessins ces petites choses du quotidien. Avec Un ballon sous la pluie, l’auteur argentin Liniers évoque avec une finesse remarquable les joies simples d’un samedi pluvieux. La mise en scène de la relation entre les deux sœurs impressionne en particulier, tant elle est juste. Tandis que la plus jeune découvre avec encore un peu d’anxiété le langage et la nature, l’aînée l’accompagne avec enthousiasme dans ces découvertes, lui parle le monde qui l’entoure, prenant ce rôle à cœur.

Ce très bel album aux délicats dessins et aux couleurs délavées de la maison d’édition québécoise peut être conseillé en première lecture.

 

Afficher l'image d'origine

Un ballon sous la pluie, Liniers, La Pastèque, 13€, à partir de 5 ans