Revolver de Marcus Sedgwick chez Thierry Magnier

Voici un roman fort d'une écriture ciselée, toute en finesse qui retrace l'histoire de la famille Andersson, vivant dans un isolement et une désolation propre à la géographie du lieu où se situe l'histoire.

Nous sommes plongés dans le nord du cercle arctique où Sig, quinze ans, se retrouve seul dans la cabane familiale avec le cadavre de son père retrouvé sur le lac gelé où il a chuté. Sa soeur Anna et sa belle-mère Nadya sont parties chercher de l'aide à la ville voisine. Alors que Sig est confronté à l'incompréhension de cet accident ( un père averti et expérimenté des dangers du lieu ) et la stupeur de cette cohabitation morbide, on frappe à la porte. L'adolescent ouvre et se retrouve face à un homme inquiétant, nommé Wolff qui lui réclame l'or que son père lui aurait volé.

"Même les morts racontent des histoires ", voilà un incipit résonnant  tel un écho dans ce récit tout en tension, qui jongle habilement entre l'instant présent et des flash-back qui subrepticement nous introduisent dans le parcours de cette famille fuyant inlassablement vers le nord.

Marcus Sedgwick installe avec subtilité le revolver de la couverture comme l'axe central de son récit, parcequ'il est peut être le seul salut de Sig face à l'étranger menaçant ( le revolver de son père est dissimulé dans le cellier) et qu'il matérialise une dualité au sein de la famille Andersson : la fascination du père pour l'objet ( lire la description du mécanisme de mise en feu qu'il en fait pages 94 95 96 ), et le discours pacifiste et non violent de la soeur et de la mère.

Sedgwick ,avec ce roman intelligemment écrit, m'a subjuguée par la maîtrise de ce huis clos tendu, sublimée par une mise en parallèle efficace du passé de cette famille distillé au compte-goutte. Tel un conte macabre, Sedgwick soulève avec cette histoire de vengeance une réflexion sur la violence, sur la filiation. Un vrai coup de coeur !

                                                                                                                                                                Myriam

1 499 réflexions au sujet de « Revolver de Marcus Sedgwick chez Thierry Magnier »

  1. Organizations that are federally mandated to provide some level of care on the basis of medical need, such as emergency departments,
    federally qualified health centers, and health programs for farm workers, face difficult resource allocation challenges when undocumented patients’ medical
    needs exceed available resources.